Argent Monnaie Iran
Conseils de voyage

Argent en Iran : rials, tomans et autres subtilités monétaires

Préparer un voyage en Iran oblige à prêter une attention toute particulière à la question de l’argent. Il faut apprendre, tant bien que mal, à se dépatouiller avec les spécificités de la monnaie iranienne.

D’ordinaire, régler nos dépenses à l’étranger n’est pas un problème majeur pour nous, Français·es. En général, l’idée consiste à retirer suffisamment d’argent liquide en amont pour ne pas être surtaxé·e·s lorsque l’on se retrouve contraint-e de mettre sa CB dans un distributeur étranger. Et encore, avec les cartes de type Revolut et N26, c’est une histoire ancienne pour de nombreux·ses voyageur·ses.

L’Iran et le monde merveilleux de l’argent liquide

Hélas, en Iran, c’est un tout autre monde qui s’offre à vous : celui du cash. L’une des informations primordiales à savoir, avant de se rendre, en Iran est que les cartes bancaires internationales y sont inutilisables. Toutes les cartes (Revolut & co inclues, donc). La raison ne vient pas de l’Iran mais des sanctions bancaires internationales. Celles-ci coupent littéralement du reste du monde le système financier iranien. Résultat, vous devrez prévoir en amont votre budget et l’apporter en espèces.

Faire le plein de rials

Il est par conséquent impossible de changer des euros contre des rials en dehors de l’Iran. Gardez cela en tête à la fin de votre voyage, pour changer vos rials avant de monter dans l’avion.

Lorsque vous arrivez en Iran, vous devrez changer une première somme d’argent pour vous rendre de l’aéroport à votre hôtel. Les bureaux de change sont ouverts 24 heures sont 24 à l’aéroport. À l’aéroport Imam Khomeyni de Téhéran, le bureau de change se situe à l’étage, dans le hall des départs. En revanche, le taux y est souvent moins favorable qu’en centre-ville. Il est donc recommandé de ne changer qu’une petite somme d’argent.

Billets de banque iraniens

Il existe un très grand nombre de bureaux de change dans chaque ville principale et de de taille moyenne en Iran. Vous pouvez donc changer au fur et à mesure de votre voyage. À Téhéran, la majorité des bureaux se trouve sur l’avenue Ferdowsi (métro Ferdowsi). Il en existe aussi beaucoup au nord de l’avenue Vali Asr (métro Tajrish). Les taux sont toujours affichés, pas de crainte à avoir. Je vous recommanderais de toujours changer dans un bureau de change, et non pas dans la rue.

Gardez en tête que les bureaux de change sont fermés les week-ends, à savoir jeudi et vendredi, ainsi que les jours fériés.

Le triste casse-tête du taux de change

De plus, l’Iran vit depuis un trop long moment déjà une instabilité constante de sa monnaie. C’est pourquoi il m’est difficile de donner le cours du rial avec précision. Disons que depuis le début de l’année 2019, il se situe autour de 1 euro pour 130.000 rials environ. Vous pouvez consulter le site “bonbast” qui donne un cours assez fiable, et vous faire une idée de la situation à l’instant T.

Peut-être avez-vous vu un taux à 45.000 rials pour 1 euro sur des sites comme xe.com. Il s’agit du “taux officiel”, arrêté par l’Etat iranien au début de la crise. Mais celui-ci ne concerne que les transactions financières réalisées par les entreprises et institutions gouvernementales.

Gardez en tête que le cours du rial varie quasiment quotidiennement. C’est-à-dire que si vous avez changé pour 130.000 un jour, et que trois jours plus tard le taux est de 148.000, n’en déduisez pas que vous avez été victime d’une escroquerie. Et n’oubliez pas que cette différence ne représente toujours que quelques centimes d’euros.

Se déplacer avec tout son argent sur soi

Étonnement, je ne me suis jamais sentie en insécurité avec tout mon argent liquide sur moi en Iran. J’étais beaucoup moins sereine durant le trajet entre mon domicile et l’aéroport Charles de Gaulle, en France. Il faut dire que l’Iran est un pays très sûr, avec peu de vol, qui plus est, visant des touristes.

Faire ses emplettes dans les allées du Grand Bazaar

Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faille en oublier tout principe de précaution, et laisser, par exemple, son sac derrière soi dans le bus pour aller aux toilettes (exemple lu sur un forum…). Toujours garder son argent sur soi est le meilleur moyen pour que tout se passe bien.

Il est également possible de commander des cartes de paiement, émises pour les touristes, et chargées avec des euros. “MahCard” propose ce service et les retours semblent positifs, mais je ne l’ai pas testé moi-même. Il est également possible de charger en rials une carte cadeau pré-payée dans la plupart des banques iraniennes. Mais sans parler persan, cela me semble compliqué de réussir à en obtenir une.

Rials versus Tomans

Vous êtes désormais au fait que vous allez devoir payer vos achats en espèces, avec des rials. Il est maintenant temps de passer au niveau supérieur et de se familiariser avec les “tomans”.

En Iran, les gens ne parlent pas en “rials” mais en “tomans”, et c’est ainsi que sont exprimés la plupart des prix. Il ne s’agit pas d’une autre monnaie, mais juste d’une façon de raccourcir les prix. Il suffit simplement d’enlever un zéro. Ainsi, lorsque l’on vous annonce un prix de 30.000 tomans, cela veut dire que vous devez donner 300.000 rials.

C’est plutôt simple, mais cela ajoute parfois à la confusion. Après près d’un an en Iran, je pense moi-même toujours en rials. (Donc, dans ma tête, je dois passer des tomans aux rials puis aux euros. Autant vous dire que je n’ai souvent qu’une vague idée de ce que je paie.)

Étals d’épices avec leur prix au poids

Bon, prêt·e·s pour la suite ? Non seulement les Iranien·ne·s s’expriment en tomans, mais lorsque c’est le cas, elles·ils enlèvent à nouveau trois zéros. On récapépète avec l’exemple donné plus tôt des 300.000 rials : lorsqu’un·e vendeur·se vous annonce le prix, elle·il vous dira en général “30 tomans”; qui veulent en fait dire 30 + 000 tomans, qui veulent en fait dire 300.000 rials.

Vous êtes perdus ? Ne vous en faites pas, ces subtilités sont surtout valables si vous parlez quelques mots de Persan. De plus, il est assez remarquable de voir que les Iranien·ne·s ne profitent pas de cette confusion pour arnaquer les touristes (cela doit bien arriver, mais c’est relativement rare). Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai sorti un billet de 500.000 pour payer 50.000 sans que le·la vendeur·se n’en profite. Pensez simplement à toujours demander si les prix affichés/annoncés sont en tomans (تومان) ou rials (ریال).

4 Comments

  • Goiran Roseline

    bonjour, d’abord bravo pour votre site, que j’ai découvert par hasard.
    j’ai expérimenté le système Mahcard cette année, inscription en ligne et en anglais depuis chez moi. Réponses rapides. Sur place on passe par Whatsapp. Mais les personnes qui s’en occupent ne sont situées qu’à Téhéran, à savoir. J’ai investi 400 €, plus 19€ de frais d’inscription. Deux personnes sont venue à mon hôtel le lendemain matin de mon arrivée : échange de cash contre une carte chargée (validité d’une durée d’un an), au cours du jour (avril 2019 : 150.000 rials pour 1 euro). La carte marche absolument partout, y compris sur les sites. En cours de route j’ai souhaité recharger la carte. Pour cela il faut un smartphone avec une carte française (j’ai dû enlever ma sim carte locale sinon ça ne marchait pas). A la fin de mon voyage, pour récupérer l’argent qui restait, je suis allée dans la banque dont le nom apparait sur la carte et ils m’ont donné l’argent en rials. Se faire écrire ce que l’on veut en farsi car personne ne parle anglais. Moi j’ai gardé mes rials pour un prochain voyage, mais on peut rechanger dans les bureaux de change sur Firdowsi. Bref, satisfaction, sauf qu’il n’est pas facile d’obtenir la balance, qui est écrite en farsi sur une facturette : cela devrait être rendu plus lisible par la suite. Voilà j’espère que cela vous sera utile.

    • dlorenzi

      Bonjour Roseline, merci beaucoup pour votre commentaire ! Je n’ai pas testé moi même MahCard donc je suis ravie que vous puissiez nous donner votre avis et conseils 🙂 Je suis sûre que cela sera utiles à de nombreux lecteurs•trices

  • Monique

    C’est un article très intéressant ! mais le change n’a pas l’air simple…. Nous ne partons que 11 jours, et en voyage organisé, donc cela devrait aller ! Je vais continuer ma lecture sur votre blog…

    • dlorenzi

      Bonjour Monique !
      Ne vous en faîtes pas, si vous êtes encadrée, vous n’aurez pas à vous soucier de cela 😉 Cela peut-être un peu compliqué si le marché est instable, mais ce n’est pas trop le cas dernièrement. Et quand bien même, on fini toujours par trouver où changer ! Je vous souhaite d’avance bon voyage 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Recevoir la newsletter De Paris à Téhéran

Pour ne rien manquer des dernières actualités De Paris à Téhéran, abonnez-vous à la newsletter.

Une fois par mois, reçevez la liste des articles récemment publiés, et goûtez à la vie iranienne au travers d'observations culturelles, linguistiques, et autres !